Conseil des ministres : l’ANI refait surface !

Le premier ministre Ariel Henry et le secrétaire général du Conseil des ministres n’ont pas la même appréciation du point 7 du projet d’ordre du jour du Conseil des ministres qui devrait se tenir aujourd’hui. Renald Luberice s’est catégoriquement opposé à son intégration, tout en expliquant au PM les limites de son droit prévues par l’article 159 de la constitution.

Les violons ne s’accordent pas entre le premier ministre, le Dr Ariel Henry et le secrétaire général du Conseil des ministres, Renald Luberice.  À la base de ce désaccord, le point 7 du projet d’ordre du jour d’un Conseil des ministres qui devrait avoir lieu ce mercredi 28 juillet 2021.

Le SG du Conseil des ministres de facto a tenu à rappeler au PM qu’il n’est pas dans sa prérogative de statuer sur une pareille décision dans une correspondance qu’il a envoyé au chef du Conseil supérieur de la Police Nationale.

«Le point 7 du projet d’ordre du jour du Conseil des ministres programmé ce mercredi 28 juillet 2021 à 10h00 est une violation flagrante de l’article 159 de la Constitution», a écrit M. Lubérice dans une correspondance adressée au chef du gouvernement, soulignant que le premier ministre a le pouvoir réglémentaire mais ne peut jamais suspendre, ni interpréter les lois, actes et décrets, ni se dispenser de les exécuter et il évoque le respect de la constitution amendée de 1987.

Absence motivée

En l’intégrant à l’ordre du jour, Ariel Henry et les ministres auront la possibilité de discuter sur le décret portant création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI) et éventuellement dissoudre cette structure qui était considérée comme le retour des “TONTON MAKOUT” et une barrière à la liberté d’expression acquise au prix de grand sacrifice. Mais, le SG du Conseil des ministres s’est opposé ouvertement à une telle démarche en se cachant dernière la constitution de mars 1987, que les autorités, y compris lui, ont  pourtant, pris le malin plaisir de violer.

Le SG a profité de l’occasion pour motiver son absence à la réunion .« En conséquence, et pour le respect de la mémoire du Président de la République, son Excellence Monsieur Jovenel Moïse lâchement assassiné en sa résidence le 7 juillet 2021 et dont les autorités peinent encore à arrêter les auteurs intellectuels,  je me vois dans l’obligation de m’absenter à la réunion de ce matin» a-t-il dit.

De ce fait, il exhorte le PM à faire un bon conseil  de gouvernement en lieu et place d’un conseil des ministres   vu qu’il ne sera pas présent. Le divorce est-il consommé  ?

ANI
Le président Jovenel Moïse avait pris à la fin de l’année dernière un décret portant création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI) , composée des policiers , des militaires et des scientifiques; elle a pour mission de surveiller ceux qui nourrissent de mauvaises idées  pouvant porter atteinte à la sécurité de la nation et au fondement de le l’État.