La PNH reprend le contrôle du commissariat de Martissant

Des agents de l’Unité spécialisée de la Police nationale ont repris depuis jeudi le contrôle du commissariat de Martissant après plusieurs semaines d’absence. Les policiers administratifs qui s’y trouvaient avaient été contraints de quitter cet espace sous la menace des gangs armés.

Les récentes guerres opposant les gangs rivaux dans la troisième circonscription obligeaient les occupants du commissariat de Martissant à vider le lieu. Toutes les tentatives de récupération ont été vouées à l’échec. Ce n’est que, le jeudi 5 août 2021 que des agents de l’Unité de la Brigade d’opération et d’intervention départementale et de l’ Unité départementale de maintien d’ordre ont finalement repris le contrôle du commissariat a annoncé la PNH.

Les responsables de la PNH ont ensuite apporté un démenti formel aux allégations faisant croire que ces agents ont été contraints de quitter à nouveau le commissariat ce dimanche 8 août 2021 suite à une nouvelle attaque perpétrée par les malfrats.

Des policiers affectés aux unités spécialisées dont BOID et UDMO occupent depuis le jeudi 5 août 2021, le commissariat de Martissant. “Trois blindés de la PNH sillonnent la voie principale pour faciliter la reprise de la circulation, perturbée depuis plusieurs semaines, en raison du conflit armé opposant deux gangs rivaux évoluant dans l’entrée Sud de la capitale”, a confirmé la PNH ce dimanche.

Ces fausses “informations” visent à entraver les efforts de la Police Nationale pour prendre le contrôle de la situation à Martissant en mettant tous les bandits armés hors d’état de nuire a expliqué la PNH.

La PNH tente de rassurer une population qui semble avoir la tête ailleurs. “La Police Nationale d’Haïti continuera d’assurer une présence active dans cette zone et demande à la population et aux médias en particulier de faire attention aux rumeurs faisant croire que les policiers ont été contraints d’abandonner le commissariat ce dimanche 8 août 2021”, ont promis les forces de l’ordre.

D’innombrables victimes

La troisième circonscription de Port-au-Prince est tombée depuis deux mois environ sous le contrôle des gangs armés qui s’entretuent à la longueur de la journée. La population, les entreprises publiques et privées ont tous fui le quartier de Martissant. Même les policiers du commissariat de Martissant n’avaient pas pu résister aux assauts des gangs.

Depuis le début de cette guerre, plusieurs personnes sont mortes. Cependant, aucun bilan n’est disponible. La Police nationale reste toujours muette, alors que le bilan s’alourdit un peu plus chaque jour.