Joseph Lambert: une alliance contre nature dénoncée par le mouvement Point Final

Le mouvement point final s’oppose radicalement au choix de Joseph Lambert comme président provisoire de la République. Ce choix est une alliance contre nature, Critique le coordonnateur de cette structure, Ulysse Jean Chenet, qui préconise un conseil d’État de trois membres pour assurer l’intérimat.

Le choix du sénateur du Sud’Est comme président provisoire est une alliance contre nature, contre la nation, contre la jeunesse dénonce le MPF. Le Sénat n’a jamais pris de positions fermes contre l’ensemble des dérives auxquelles faisaient face le pays. Les sénateurs fantômes n’ont jamais levé le petit doigt. Par conséquent, estime M. Ulysse, il est inconcevable de penser que le sénateur Lambert pourrait être la personne idéale à trouver un dégel à la crise… “C’est un complot contre le peuple haïtien, contre la lutte pour le changement et le développement durable
d’Haïti”, critique-t-il, invitant tous les acteurs de la classe politique haïtienne à se ressaisir et à se mettre autour d’une table de concertation pour trouver la solution idéale à la crise haïtienne qui dure et perdure trop longtemps.

La sectérisation du pouvoir et du territoire est la pire stratégie qu’il faudrait appliquer pour le moment, a fait savoir le docteur. La conjoncture est à la réconciliation, ajoute-t-il. “Il est de dire Méa Culpa. Il est temps de se mettre ensemble pour réanimer notre chère Patrie qui est en détresse aujourd’hui. Il est temps de faire le bon choix pour sauver Haïti. Le Choix de Joseph Lambert est le choix de la mort,
c’est le choix de maintenir le statu quo.

Nous devons aller vers un consensus national largement large, avec l’implication de la Diaspora haïtienne, les Organisations de la Société civile, le secteur réligieux, les organisations des droits humains du Pays pour une stabilité politique et la restauration d’un climat de paix et sécuritaire en vue de faciliter des élections générales et de mettre le pays sur les rails du développement durable”, préconise le leader du MPF.

Dans cette situation qui se complique au file des heures, le docteur encourage un conseil de gouvernement à la suite d’un large consensus. “Le choix idéal pour une solution durable à la crise haïtienne serait le choix d’un Conseil de Gouvernement transitoire (CGT) de 3 membres, donc un Trium Virat, avec la représentation de la Diaspora haïtienne au sein de ce Conseil de Gouvernement en référence à la Proposition de sortie de crise du Mouvement Point Final.

Chers compatriotes de la politique haïtienne, n’allez pas plus loin, le choix de Joseph Lambert comme Président provisoire du Pays après l’assassinat du Président Jovenel Moïse à l’aube du 7 Juillet 2021, n’est pas le choix idéal, c’est plutôt le choix du statu quo”.