Insécurité : le chef du CSPN se déresponsabilise-t-il ?

Alors qu’il devrait adopter de nouvelles mesures sécuritaires pour permettre aux membres de la population de vaquer librement et en toute quiétude à leurs activités durant la période des fêtes de fin d’année, le chef suprême du Conseil supérieur de la police nationale, le premier ministre Joseph Jouthe, invite, de préférence, le peuple à la prudence.

Vous qui croyez que les chefs allaient prendre de nouvelles mesures pour garantir la sécurité de la population notamment à l’approche de la Noel et les fêtes de fin d’année, période réputée très festive en Haïti, détrompez-vous. En lieu et place de nouvelles mesures qui devraient être annoncées le chef du gouvernement se contente uniquement de lancer un appel à la prudence et à la précaution.

En quoi ce conseil pourrait être utile quand on sait que les bandits et les kidnappeurs n’ont pas de limite et que chaque personne est une potentielle victime ?

«Je vous conseille seulement la prudence et la précaution » a lâché le premier ministre Joseph Jouthe lors de sa dernière sortie. Ne pas monter à bord des véhicules des personnes dont vous ne connaissez pas a-t-il ajouté.

Cette déclaration est-elle un aveu d’impuissance ? Le premier ministre Joseph Jouthe fuit-il, enfin publiquement, sa responsabilité en tant que numéro 1 du Conseil supérieur de la police nationale ? Par cette sortie ratée, le chef du gouvernement donne-t-il une carte blanche aux bandits, et aux kidnappeurs pour cette fin d’année et pour le reste du mandat du président Jovenel Moise ? Ne devrait-il pas remettre sa démission ?

Si de nouvelles mesures concrètes n’ont pas été prises en Haïti, en République Dominicaine, le gouvernement dominicain, de son coté, entend renforcer la sécurité de son peuple durant la période de fin d’année. Plus de 26 mille militaires et policiers seront déployés dans les rues, dans les centres commerciaux et dans les quartiers résidentiels ont annoncé les dirigeants dominicains cette semaine.

Mise à part certains changements opérés au niveau des hauts gradés de la Police nationale, le nouveau DG a.i, Léon Charles n’a pas encore fait grand-chose. Entre-temps, les victimes augmentent tous les jours sous ses yeux.

Face à la passivité avérée des dirigeants, l’on se demande : Combien de victime il aura fallu pour que les autorités de ce pays prennent des mesures solides pour mettre enfin les bandits, les malfrats et les kidnappeurs hors état de nuire ?